Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Confinement: deux missions prioritaires menées sur le littoral du Parc

07/05/2020 Connaissance - Coopération - Manche / Mer du Nord

Entre le 29 avril et le 5 mai 2020, des agents du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, des Services départementaux de l’OFB et plusieurs partenaires se sont associés pour mener deux actions sur le littoral.

Le recensement des échouages de mammifères marins 

Pendant le confinement les plages sont fermées au public. Par conséquent, l’Observatoire Pelagis, structure nationale qui recense les échouages de mammifères marins, d’oiseaux et de tortues, ne reçoit plus les informations habituelles qui lui servent à connaître l’état de conservation de ces espèces dans les eaux françaises. Pour avoir malgré tout une vision des évènements survenus en mer, l’Observatoire a organisé entre le 29 avril et le 5 mai un recensement national des échouages depuis les dernières grandes marées. Le Parc naturel marin et les services départementaux de l’OFB correspondants (Pas-de-Calais et Somme) ainsi que les structures locales membres du Réseau National d’Echouages se sont coordonnés pour former des équipes, réparties le long du littoral du Parc.

 

L’acquisition de données sur la présence du gravelot

gravelot-benoit-dumeau-650-471

Les hauts de plages et les dunes du Parc naturel marin abritent deux espèces d’oiseaux rares : le Gravelot à collier interrompu et le Grand gravelot. A l’automne 2019, le Parc naturel marin a mis en place un réseau d’acteurs en faveur de la protection de ces oiseaux sur son territoire : protégés au niveau national et européen, les gravelots sont en déclin en Europe. Ils sont très sensibles au piétinement et au dérangement, tout comme leurs œufs et leurs poussins, presqu’invisibles sur la plage. Ils ont besoin de tranquillité, notamment lorsqu’ils se reproduisent puis élèvent leurs poussins, d’avril à septembre. L’interdiction de fréquenter les plages pendant le confinement pourra avoir eu un impact sur les espèces. L’objectif de la mission était de parcourir le littoral pour identifier les secteurs où le gravelot est présent, et en particulier les sites de nidification : sont-ils identiques à ceux observés les années précédentes ? Différents ? Plus ou moins nombreux ? Ces informations permettront au réseau d’acteurs coordonné par le Parc naturel marin de mettre en place des actions efficaces dans les années à venir, afin de favoriser la reproduction de ces oiseaux menacés.

 

Dans le contexte de confinement lié au Covid-19, l’Office français de la biodiversité (OFB) s’organise pour continuer à préserver la biodiversité. Les interventions sur le terrain sont priorisées en fonction des enjeux et des urgences pour répondre au double objectif de protection de la biodiversité et de la santé de ses personnels et des usagers.

Retour aux actualités